Une journée consacrée aux rencontres entre les chambres d’agriculture des outremers Spécial

L’APCA (Assemblée permanente des chambres d'agriculture) est l'échelon national du réseau des chambres d'agriculture.

Elle représente le groupe « chambres d’agriculture », soit l’ensemble des 115 chambres d’agriculture départementales et régionales.
L’APCA assure l’animation et la coordination du groupe « chambres d’agriculture » par des fonctions d’appui méthodologique et de représentation au plan national, européen et international.

Lors du SIA, l’APCA a réuni les chambres des outremers pour permettre de les sensibiliser aux différentes difficultés qu’on ces chambres éloignées de la métropole pour utiliser les outils proposés et mis à disposition par l’APCA pour faciliter le fonctionnement administratif et technique de ces établissements publics.

 En effet, chaque chambre ultramarine a des perspectives et des problématiques différentes :
 
      La Réunion.
Elle vient d’élire ses nouveaux élus, l’état des lieux n'a pas été finalisé mais un audit devrait être réalisé rapidement. L’audit permettra à cette nouvelle équipe de pouvoir définir des orientations avec des contrats d’objectifs clairs et précis. Leur préoccupation principale est la mise en place d’un système d’indemnisation notamment pour la filière élevage et canne à sucre.

      La Guyane entame son deuxième mandat.
Lors du premier mandat, les agents ont travaillé sur une stratégie d'équilibre budgétaire. Les problèmes de gestions majeures ayant été résolus, ils peuvent aujourd'hui se concentrer sur un plan d’action pour améliorer la représentation des agriculteurs.  Un des principaux frein au développement du secteur est le foncier, conjugué à une hausse de la démographie, ils se doivent de trouver des solutions divers pour ces nouveaux arrivants sur le monde du secteur primaire. Ils prédisent une multiplication de 100% en 15 ans, il faudra installer non plus 20 mais 100 agriculteurs par an. Ils aimeraient bénéficier d'une aide de l’APCA afin de former les élus et les orienter vers l’agroecologie.

      La nouvelle Calédonie.
Elle a une équipe qui entame sa deuxième année d’activité (Equipe renouvelée au 2tiers en 2018). Elle est composé de 35 élus pour 80 salariés.  Leur principal enjeu sera un forum en mars sur les enjeux phytosanitaire et de l’agriculture biologique.  Ils souhaitent également piloter le 11 ème FED et associeront les chambres du pacifique sur ce projet.

      Pour la Martinique l’équipe reste inchangée.
Elle souhaite redynamiser le secteur par l'installation d'une population plus jeunes, car l’agriculture est vieillissante (actuellement seul une dizaine de jeunes d’installent chaque année). Ayant des difficultés dans la mobilisation des fonds extérieur, elle souhaite faire évoluer leur statut dans ce sens. Elle voudrait mettre en place un dispositif d'assurance maladies mais également contre les risques naturels climatiques (tempêtes, cyclone…)

      Wallis et Futuna.
La Chambre est interprofessionnelle (avec le commerce). Elle est composé de 8 élus du secteur primaire (6 a Wallis et 2 a Futuna).  Leur principal frein est le foncier, qui reste en indivision (pas de cadastre). Elle souhaite développer le secteur primaire et accompagner les jeunes. Elle travaille actuellement sur le projet de lancer des exploitations de démonstrations (de la pépinière a la vente) afin de donner le goût, par la pratique aux futurs agriculteurs. Les prix sont très élevés dans le secteur de l'agriculture, par exemple la tomate a 2000 fcfp /kg. Pour la filière porcine elle est importante mais les outils d’abattage sont manquant. L’apiculture est une filière qui se développe, on parle d'aller jusqu'a l’export.

     La Polynésie française.
La chambre est composée de 19 élus et 18 agents. Lors de cette rencontre plusieurs points ont été abordés: la situation de notre territoire et ses difficultés, ses attentes relatives a la collaboration avec l'APCA et les autres chambres. (notamment sur l'accès aux outils, l'adhésion,...), les futures élections, les séminaires et les problématiques présentées par les agriculteurs (dont le dispositif DACA), le projet de reforme envisagé (version très simplifiée),  le partenariat démarré avec les chambre d'agri du pacifique, notamment la CANC avec laquelle nous avons déjà des projets en partenariat, l'adhésion au réseau RITA et au COPIL et les attentes que nous avons pour le RITA que nous souhaitons être un outil pour la recherche des thématiques provenant des demandes des professionnels et non des chercheurs. (élément qui a été soulevé par tous comme une vrai problématique) ;) 

Lors de la deuxième partie de journée, la chambre de Wallis et Futuna et la chambre de nouvelle Calédonie, qui se connaissent déjà bien, souhaitent créer une groupe avec la CAPL appelé « les chambres de l’agriculture du pacifique ».

L’objectif est de centraliser les demandes, mutualiser les moyens et être plus fort auprès de l’APCA qui se concentre aujourd’hui de manière prioritaire (relatif également au statut de ses territoires) au Chambre d’agriculture des DOM.

Des discussions ont démarré entre élus et agents techniques des trois chambres, autour des filières agricoles communes et potentielles.
 
 

Suivez-nous !