LE FORUM DE L'EMPLOI, 14 mai, Paea Spécial

La chambre sera présente à la première édition du forum de l'emploi de la commune de Paea.

40 exposants seront là pour vous présenter leur secteur, ce  MARDI 14 MAI 2019 de 07h30 à 15h30, À L'ESPACE CULTUREL MANU ITI.

Des métiers concernant tous les secteurs, du secteur primaire au service, venez nombreux vous renseigner et découvrir le monde professionnel qui s'ouvre à vous.

Pour plus d'information contactez la mairie au: 40 54 85 10

Suite à la formation sur les règles relatives à la facturation, Spécial

Suite à la formation de la DGAE organisée par la chambre de l’agriculture et de la pêche lagonaire sur les règles relatives à la facturation, la transparence 
et les pratiques commerciales abusives  entre professionnels, vous trouverez en téléchargement la présentation utilisée. 

Si vous avez des questions ou souhaitez obtenir des informations complémentaires sur le sujet, vous pouvez contacter directement :

Laurent (Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. , tél : 40 509 634) ou Moana (Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. , tél : 40 509 612 )"

 

Concours du meilleur miel de Polynésie française, 3 mai 2019, Lycée hôtelier

Pour la troisième année consécutive, l'association des apiculteurs Apis PORINETIA a organisé son grand concours de miels.

Depuis sa création, l’association Apis PORINETIA met un point d’honneur à crédibiliser la production de ses exploitations, valorisant les meilleurs miels du Fenua.
En effet, pour pouvoir présenter son miel au concours, un apiculteur membre de l’association doit passer par une pré-sélection. Il s’agit de l’analyse de son miel dans un laboratoire spécialisé, le CETAM en Métropole. Dans ce laboratoire est analysé différents éléments tels que le taux d’humidité, le taux de HMF, la qualité globale du miel...

Les floralies et le festival des Tuamotu, Du 23 Mai au 2 juin 2019 Spécial

Pour son dixième anniversaire, la chambre de l’agriculture et de la pêche lagonaire en co-organisation avec la fédération HEI TINI RAU et le service de l’artisanat traditionnel, les floralies et le festival des Tuamotu s’organiseront autour du thème suivant :
« FENUA O TE ORA A ARA »
« Pour notre terre de vie, agissons ensemble »
 
 L’événement prendra place sur le site de Mama’o du jeudi 23 mai au dimanche 2 juin 2019.

3ème édition de la journée du miel et de l’abeille, RAIATEA, 16 MAI 2019 Spécial

La Chambre de l’agriculture et l’association des apiculteurs de Raiatea, organisent en partenariat avec les communes de Raiatea et le soutien de la direction de l’agriculture, la troisième édition de la journée du miel et de l’abeille.
 Cette manifestation grand public se déroulera à Raiatea le jeudi 16 mai 2019 sur la place Piritua ite rai – dite place du marché d’Uturoa – De 08h00 à 15h30.
 
Exposition, information sur le développement de la filière apicole sur Raiatea-Tahaa avec des ateliers animés par nos apiculteurs du « fenua » et de nos institutions.

Des formations à 50% pour les détenteurs de la carte CAPL Spécial

L'établissements publics locaux d’enseignement et de formation professionnelle agricoles (EPEFPA) propose via leur centre de formation professionnel et de promotion agricoles (CFPPA), des formations, à des tarifs préférentiels aux détenteurs de la carte CAPL.
Ci-joint un document informatif, vous y retrouverez plusieurs dates et sujets établies tout au long de l'année.

Améliorer la production du chou local en contre saison Spécial

Si la lutte contre la teigne des crucifères plutella xylostella, principal ravageur du chou est maîtrisée par les producteurs polynésiens, il est observé la recrudescence d’une maladie noircissant le cœur du chou.
 
Suite au signalement de cette maladie par les producteurs, les agents de la chambre de l’agriculture et de la pêche lagonaire et de la direction de l’agriculture se sont rendus dans quatre principales exploitations le 27 mars 2019.

Le marché du terroir, Hotu umu no Punaauia, revient. Spécial

          Les réseaux de communication de notre siècle donnent accès à une multitude d’informations, qui n’est pas toujours fiables. Véritables informations ou intox ? Il est difficile de connaitre le vrai du faux. Nos interrogations ne se tarissent pas, bien au contraire. C’est ainsi que le marché du terroir devient un accès direct à l’informations.
Le marché du terroir nous promet « un retour aux sources », un voyage dans le temps qu’offre la production locale, par des saveurs ancestrales qui perdurent jusqu'à nos jours. Des produits mais aussi des techniques, qui sont transmises de génération en génération, sources de production et de bien-être.
 
Pourquoi le marché du terroir ?
 
         D’où proviennent les produits ? Quelles sont les méthodes de cultures utilisées ? Quelles sont les produits de saison ? Comment exploiter le Tarena ? Les exposants répondront à toutes vos questions.
         Dès sa première édition, le marché du terroir fut un réel succès, en moyenne, 80 exposants et une fréquentation de 1000 personnes, par édition, ce marché est une plateforme grandissante regroupant les petits producteurs et leurs produits du terroir. 
 
         "Le marché du terroir s’inscrit dans notre volonté de développer les circuits courts, c’est à dire de la vente directe 100% locale, du producteur au consommateur, de la fourche à la fourchette. Ces échanges entre les exposants et le grand public, sont des rencontres mensuelles, qui s’effectue dans la convivialité, incitant la fidélité du consommateur. Ce marché permet aux petits agriculteurs comme aux transformateurs de se faire connaitre"    -Tapuarii Barbos, chargé des événements de la CAPL                                                                                                                                                                                                                                                                             
 
         Le marché regroupe des artisans, horticulteurs, transformateurs, agriculteurs et éleveurs. Depuis son ouverture le marché du terroir a pris place au parking de Mamao à Papeete, à Moorea aux ateliers relais de la CCISM de Vai'are, à Taravao, Faratea, à Papara dans les jardins de la mairie et Punaauia.
         Depuis 2019 le marché du terroir est organisé deux fois par mois, le premier samedi, dans les jardins de la mairie de Punaauia et le dernier sur le parking de l’ancien hôpital de Mama’o.
 
         Au marché du terroir vous allez pouvoir déguster : des fruits, des légumes, du miel sauvage des Marquises, de la terrine locale, du poisson, des confitures, des achards, des plantes, des chips de uru, de taro, de patate douce et bien d'autres produits insolites et introuvables en grande surface.


         On y trouve des sourires, des saveurs de notre enfance et surtout les artisans de cette production : les producteurs locaux. Car rappelons-le, les produits exposés sont directement issus de leurs fa'a’apu. 
 
Le marché de Punaauia revient :
 
         Ne ratez pas la signature officielle de la convention, du marché du terroir, qui est fixée au lundi 1er Avril à 15h30 à la Mairie de Punaauia. Un événement qui rassemble les organisateurs de ce marché, dont monsieur le maire, Simplicio LISSANT et la présidente de la CAPL, Mme Yvette TEMAURI. Il marquera le lancement du marché du terroir de Punaauia édition 2019, qui s’ouvre le samedi 6 avril, dans ses jardins, dès 6h.
            Exceptionnellement lors de ce marché, les candidats de Miss et Mister Punaauia seront là, dès 8h et devront réaliser un plat avec des éléments et un timing donné. Le maire de Punaauia, la présidente de la chambre composeront le jury. N’hésitez plus, venez découvrir vos candidats préférés en pleine action sur le marché du terroir.
 
Pourquoi avons-nous sélectionné uniquement les produits du terroir ?
 
         La consommation de produits locaux, c’est se nourrir sainement, grâce à des produits de qualité et variés. Mais c’est aussi favoriser le développement économique de son pays et soutenir le développement durable.
 
Comment vous inscrire ?
 
         Si vous êtes agriculteurs ou transformateurs et que vous recherchez une plateforme de vente, n’hésitez plus ! Contactez la Chambre pour obtenir toutes les informations nécessaires.

Horaires d’ouverture :
Lundi - Jeudi : 7h30 - 15h30 
Vendredi : 7h30 - 14h30
Téléphone : le secrétariat : 40.50.26.90
@mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Adresse : Rue Tuterai Tane, route de l’hippodrome Pirae TAHITI 98716 - BP 53 83 Polynésie française.

Rendez-vous, le lundi 1 avril, à la mairie de Punaauia, pour vos questions sur le sujet.
 

Festival du URU et du TARO Spécial

Du mardi 2 avril au 5 avril 2019, le « 'uru » et  le « taro », sont à l'honneur à la mairie de Papara, avec un festival qui leur est consacré. Ce festival est organisé par la mairie de Papara, en partenariat avec la CAPL.
Au programme : démonstration et confection du « TAPA » (Matehaunui et de Mamie Suzanne), démonstration et dégustation du « KAAKU », chips « URU TARO », ragoût « URU », poe, etc…Information et démonstration sur la préparation du compost (TECHNIVAL), démonstration sur la plantation des produits phare, Uru et Taro. Préparation du Uru et Taro au « ahi’ma’a » et des conférences, donnée notamment par la CAPL sur le théme du « TARO ».
Des supports imprimés sur le  « URU » seront également exposés tout au long du salon.


Le Programme en détail :
 
Mardi 02 avril 2019
 
08H00          
Ouverture et Bénédiction du Festival - Discours des Officiels
Le Maire de la commune de PAPARA, Monsieur TAAE Putai
Le représentant du Ministère de la Culture (à confirmer)
Présidente de la Chambre d’agriculture de Polynésie française, Madame Yvette TEMAURI

09h00           
Visite des Stands
                       
Du mardi 02 au vendredi 05 avril 2019 de 08h00 à 16h00
Démonstration confection du « TAPA » (Matehaunui et de Mamie Suzanne)
Démonstration et dégustation du KAAKU, chips URU TARO, ragoût URU, poe, etc…
Information et démonstration sur la préparation du compost (TECHNIVAL)
Démonstration sur la plantation des produits phare, Uru et Taro
Préparation du Uru et Taro au « ahi’ma’a » (le mardi et le jeudi uniquement)
Restauration sur place tout au long de la semaine                   

09h00 à 10h00 et de 13h30 à 14h30 (le mardi et le jeudi)
09h00 à 10h00 (le mercredi et le vendredi)
Prestation de la Conteuse Léonore (hall de la maison pour tous)                                

14h00 à 15h00 (le mardi et le jeudi)                                     
Conférence par M.FABRESSE Marc (dans les jardins de la maison pour tous)

16h00            Fin de la journée  
 

Le Matete Fenua de Huahine est en cours d’organisation. Spécial

La chambre de l’agriculture et de la pêche lagonaire, s’est réunie avant-hier avec les co-organisateurs du Matete Fenua no Huahine. La présidente de la chambre, Mme Yvette Temauri, le président de l’association Te Hotu O Huahine, M. Levy TUFAIMEA et ses membres étaient présents sur la mairie annexe de Maroe. Plus de 20 personnes se sont rassemblées dans le but de coordonner l’organisation du matete, qui débutera en juin prochain.

Qu’attendre de ce marché ?

L’ouverture du marché se fera le 29 juin et la clôture le 7 juillet 2019, sur le district de Fare.
Le Matete Fenua No Huahine, édition 2019, ce sera plus de 40 exposants, qui s’organiseront autour de la production de la terre et de la mer.
Au programme des concours de fruits et légumes, tubercules, TIFAIFAI, Miss Mama et Papa Fa’a’apu et bien plus encore.
Le Heiva agricole se déroulera au cours de ce Matete, amplifiant les animations qui se tiendront autour de cet événement.
L’année 2018 a regroupé une trentaine d’exposants qui ont vu passer sur 3 jours plus de 1000 visiteurs.


Le PLUS écologique et santé sera en place cette année :

L’organisation mettra en place des points d’informations, dans le but de sensibiliser la population sur la protection de l’environnement et sur la santé publique.  
 

Les prévisions de récolte Spécial

            Les importations en fruits et légumes frais sont limitées dans le but de favoriser l’écoulement de la production locale, une production qui couvre 41% des légumes et 59% des fruits, consommés en Polynésie française. *
*chiffres issus du bulletin statistique 2016 de la direction de l’agriculture.
 
            En effet, pour une trentaine de fruits et légumes, des « quotas d’importation » sont proposés mensuellement lors de la conférence agricole** pour venir compenser, le cas échéant, le manque en production locale.
 ** La conférence agricole est une conférence mensuelle, organisée par la direction générale des affaires économiques, qui regroupe les distributeurs, producteurs et consommateurs, ainsi que les services et établissements administratifs qui sont concernés, pour apprécier le potentiel de la production locale afin de couvrir la demande de la consommation et définir, si besoin, des quotas d’importation. Les quotas sont ensuite fixés par arrêtés pris en conseil des ministres.
 
            Une estimation « en tonnes » de la consommation mensuelle pour chacun de ces fruits et légumes en Polynésie française a été définie il y a une dizaine d’année et permet aujourd’hui d’aider au maintien d’un équilibre dans l’approvisionnement dans le seul but de garantir la bonne commercialisation de la production locale. En effet, si vous connaissez la consommation moyenne et la quantité qui sera produite localement, vous pouvez définir les besoins à importer pour satisfaire le marché.
 
            Donc pour connaître les quotas d’importation autorisés, il est nécessaire d’effectuer préalablement les prévisions de récolte et ainsi définir la production locale du mois prochain.
 
            Pour répondre à la question suivante : Quelle quantité de fruits ou de légumes autoriser à l’importation ? Les agents de l'établissement effectuent mensuellement une visite des exploitations et déterminent, avec une analyse minutieuse des parcelles, une prévision des productions potentielles prévues pour le mois prochain.


Comment fonctionne une prévision de récolte :

L’agent doit se rendre sur le site de l’exploitation ;
  • Il doit reconnaître la production : le type de fruits ou légumes et si possible la variété concernée ;
  • Il doit connaître la saisonnalité du produit et son rendement moyen selon la saison ;
  • L’agent doit estimer la période de récolte pour chaque parcelle : il faut donc bien connaître le temps restant nécessaire à la culture pour qu’elle arrive à maturité et mais également le temps de production (combien de temps la culture va pouvoir produire ;
  • L’agent devra bien entendu avoir un regard attentif sur l’état de santé de la parcelle : selon l’état physiologique de la plante, sa production peut varier. En effet, si on observe une attaque de mouches des fruits dans une parcelle (présence de trous sur plusieurs fruits que l’ont dira « piqués »), le rendement initial estimé de la parcelle peut diminuer de 30 %. A noter qu’il arrive fréquemment que des parcelles, ayant subies une très forte attaque d’un ravageur, puissent voir leur production totalement détruite ;
  • Les conditions pédo-climatiques ont autant d’impacts sur le rendement que la variété plantée par l’agriculteur. L’enquête devra donc prendre en considération l’environnement actuel de la plantation et surtout l’environnement potentiel sur les semaines qui restent avant de récolter ; 
  • Une fois l’analyse effectuée, l’agent devra établir la récolte prévisionnelle en poids : définir le nombre de kilos qui seront produits le mois prochain pour chaque parcelle ;
  • Enfin, l’agent recueille l’avis de l’agriculteur sur le recensement afin de rajouter des informations qui n’auraient pas été visibles lors de l’enquête ;
  • Pour finir, l’agent centralise les informations pour permettre que soit définie une production locale par type de fruits et légumes. Il est important de signaler que ces rencontres mensuelles entre agents de la CAPL et agriculteurs permettent de faciliter les échanges techniques et administratifs et partager les informations propres au secteur agricole.

Que faire de cette information :

Les agents de la CAPL sont répartis sur plusieurs archipels de la Polynésie française et vont chacun effectuer des prévisions de récoltes selon un secteur géographique prédéfini.
  • Une fois les prévisions de récoltes effectuées, la cellule technique va devoir centraliser toutes les prévisions par type de production ;
  • Présenter les chiffres relatifs aux prévisions de récoltes prévues à la conférence agricole et proposer des quotas d’importation qui seront ensuite discutés avec les distributeurs.

COLLOQUE SUR LA PRÉVENTION DES BIODÉCHETS ET LA VALORISATION VIA LE COMPOSTAGE, 26 MARS Spécial

DE 8 H À 12 H, A L'UNIVERSITÉ DE POLYNÉSIE FRANÇAISE,

BÂTIMENT F, AMPHITHÉÂTRE F.

La prévention des déchets est définie comme un mode de gestion prioritaire, selon la formule courante « le meilleur déchet est celui que l’on ne produit pas ». Réduire les déchets à la source, c’est en effet limiter les besoins
de collecte puis de traitement des déchets. Ce mode de gestion permet donc de réduire les dépenses du service
public de gestion des déchets ménagers et assimilés et de limiter l’impact environnemental induit par celui-ci.

Le traitement des déchets en Polynésie française repose aujourd’hui encore essentiellement sur l’enfouissement. La prévention de la production et la valorisation des biodéchets permet de réduire le recours à l’enfouissement et ainsi d’économiser les capacités de stockage dans les différents CET (Centre d’Enfouissement Technique) de Polynésie française. En effet, cette méthode de traitement des déchets ne constitue pas une solution durable notamment dans un contexte insulaire où le foncier reste limité.

En Polynésie française, les matières compostables représentent 62% des bacs gris avec :
  • 30% de petits déchets verts
  • 17% de restes de repas
  • 15% de papiers et de cartons souillés

OBJECTIFS DU COLLOQUE :
  • sensibiliser à la question de réduction des pertes et du gaspillage alimentaire ;
  • promouvoir le compostage, une méthode simple et efficace pour réduire les déchets et pour apporter un amendement organique aux sols ;
  • inciter les acteurs du territoire (collectivités, entreprises, associations, etc) à mettre en œuvre des projets en ce sens ;
  • montrer concrètement aux acteurs des retours d’expériences ;
  • Présenter l’appel à projets 2019 de l’ADEME et Fenua Ma sur la « Prévention et gestion des biodéchets »

Intervention de Mme Yvette Temauri, lors du colloque du 20/02/19, au sénat de Paris, sur l'engagement des femmes. Spécial

Colloque du 20 février 2019 au Sénat:

L’engagement des femmes : un levier clé du dynamisme économique outre-mer

Fiche d’informations pratiques Informations générales :
Colloque organisé conjointement par :
- la Délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes, présidée par Mme Annick Billon, sénatrice de la Vendée,
- et par la Délégation sénatoriale aux outre-mer, présidée par M. Michel Magras, sénateur de Saint-Barthélemy.

Lieu du colloque : Palais du Luxembourg, 15 rue de Vaugirard 75006 Paris,
salle Clemenceau Horaires : 14h00-19h00.

Le colloque s'est organisé sur 3 tables ronde, le déroulé ci-dessous:

OUVERTURE:

M. Gérard LARCHER, Président du Sénat
Michel MAGRAS, Président de la Délégation sénatoriale aux outre-mer
Annick BILLON, Présidente de la Délégation aux droits des femmes


Table ronde 1.
- Le tissu entrepreneurial : les enjeux d’une gouvernance féminisée
Cette table ronde permet de mettre en valeur la place occupée par les femmes dans les territoires ultramarins comme force de représentation et d’animation du tissu entrepreneurial constitué essentiellement de petites entreprises.
Sur les 8 territoires où est implantée la CPME, 4 sont présidées par une femme (Guadeloupe, Guyane, Martinique, Nouvelle-Calédonie), de même que le MEDEF de Mayotte. On trouve également une présidence féminine à la tête de quelques chambres consulaires (CCI de Guyane, Nouvelle-Calédonie et Wallis-et-Futuna ainsi que la chambre d’agriculture et pêche de Polynésie française).
Les femmes jouent par ailleurs un rôle clé dans l’organisation du tissu associatif qui supporte le développement de l’économie sociale et solidaire, dont la place est particulièrement importante dans les outre-mer.

Propos introductif : Thani MOHAMED SOILIHI, Vice-président du Sénat, Sénateur de Mayotte 2
Jennifer SEAGOE – Présidente de la chambre de commerce et d’industrie de Nouvelle-Calédonie
Lauriane VERGÉ – Présidente de la Chambre du commerce, de l'industrie, des métiers et de l'agriculture de Wallis et Futuna
Yvette TEMAURI – Présidente de la Chambre de l'agriculture et de la pêche lagonaire de Polynésie française
Angèle DORMOY – Présidente de la chambre consulaire interprofessionnelle de Saint-Martin
Djémilah HASSANI - Responsable de la stratégie régionale de l'économie sociale et solidaire à la Chambre régionale de l'économie sociale et solidaire de Mayotte Pascaline PONAMA – Gérante de Run’essence Consulting (La Réunion) Marie-France THIBUS – Présidente de la CPME de Guadeloupe Céline ROSE – Présidente de la CPME de Martinique Joëlle PRÉVÔT-MADÈRE - Présidente de la CPME Guyane et Vice-présidente en charge de l'industrie à la CPME nationale

La table ronde s’articule ainsi autour de 2 séquences :
=> séquence représentation patronale et consulaire (gouvernance)
=> séquence économie sociale et solidaire

Table ronde 2.
- L’agriculture, secteur pivot des économies ultramarines : l’engagement au féminin Cette table ronde propose une focale sur le secteur de l’agriculture à la veille du salon éponyme qui devrait permettre à des professionnelles des différents territoires d’exposer leurs parcours et leurs réalisations.
Elle est également l’occasion d’une valorisation du patrimoine naturel des outre-mer à l’initiative de femmes dans des industries de transformation de produits agricoles (agro-alimentaire, cosmétologie).
Cette table ronde permet en outre de rappeler le travail réalisé par la Délégation aux droits des femmes qui a donné lieu à la publication du rapport d’information « Femmes et agriculture ».

Propos introductif : Victoire JASMIN,
sénatrice de la Guadeloupe Louisette JULIEN-SÉRAC - Exploitante agricole (Guadeloupe)
Emmanuelle SABLÉ - Gérante de l'entreprise Melissa Distribution (La Réunion)
Claire PERDRIX – Réalisatrice du film « Les femmes agricultrices, l’avenir d’un pays ? »
Claudine NEISSON-VERNANT – Gérante de la société Domaines Thieubert-Distillerie Neisson (Martinique)
Marie-Inès ROMELLE – Fondatrice du Champagne
Marie Césaire (Guadeloupe) Sylvie COLLIEZ – Directrice générale de Nature+ (Nouvelle-Calédonie)
Juliet LAMY - Fromagère (Polynésie française)
Mariana ROYER – Fondatrice des Laboratoires Bio Forextra Inc., Présidente de Bio Stratège Guyane et Promotrice du projet Laboratoire AmazonActiv (Guyane)

Table ronde 3.
- Audace et innovation : le rôle moteur des talents féminins
Cette table ronde montre la mobilisation des territoires pour promouvoir et valoriser l’entrepreneuriat au féminin, au travers d’événements annuels notamment.
Elle propose également des portraits de femmes cheffes d’entreprise, avec des parcours originaux et qui ont su innover ou faire preuve d’audace.

Propos introductif : Nassima DINDAR, sénatrice de La Réunion
Shirley BILLOT – Présidente Fondatrice de Kadalys (Martinique)
Ludmilla LUREL – Gérante de la SARL MABI « Punch Mabi » (Guadeloupe)
Christine CHUNG – Associée fondatrice de Guyacom (Guyane)
Anne-MARIE FARO – Associée – gérante d'OPUSS AMO, Assistance à la Maîtrise d'Ouvrage dans le bâtiment (La Réunion)
Pati GUYOT-TOLÈDE – Fondatrice et gérante de PSB International (Saint-Barthélemy)
Aline BESSIÈRES – Présidente de Tahiti Women's Forum
Maymounati AHAMADI – Directrice de BGE Mayotte

La table ronde s’articule autour de deux séquences :
=> séquence, promotion de l’entrepreneuriat au féminin
=> séquence audace/innovation

Clôture 
Michel MAGRAS
Annick BILLON

Retrouvez la vidéo de toutes les interventions ci-dessous:

http://:http://videos.senat.fr/video.1055762_5c6d4cc6f23e2.l-engagement-des-femmes-outre-mer--un-levier-cle-du-dynamisme-economique

Intervention de Heia Teina, sur le plateau TV du SIA

Une émission tournée sur le plateau TV du Salon de l'Agriculture 2019, à la Porte de Versailles à Paris.

Présentée par Olivier MASBOU (Le blog-notes d’Olivier Masbou)

Invités :

Louis-Daniel Berthome (ODEADOM),
Teina Heia (Chambre d’agriculture de Polynésie française),
Philippe Ruelle (IUGPBAN)
et Olivier Fontaine (Chambre d’agriculture de La Réunion)

http://https://www.youtube.com/watch?v=1WOe0VRKyng&t=6s
S'abonner à ce flux RSS

Suivez-nous !